OpenERP 8 avec E-Commerce et CMS intégré

11 février 2017

OpenERP 8 avec E-Commerce et CMS intégré

… ou comment réduire les coûts d’une solution e-commerce.

La version 8 d’OpenERP est prévue pour le 2ème trimestre 2014. Cette version incorporera plusieurs nouveautés majeures, mais deux d’entre elles méritent de s’y attarder un peu :

  • un e-commerce : la possibilité de créer une boutique en ligne directement sur OpenERP
  • un CMS (Content Management System): la possibilité de créer un site web directement depuis OpenERP

Ces deux fonctionnalités, sont considérées comme une « révolution  » par l’éditeur. Le mot semble un peu exagéré mais nous ne sommes pas loin de considérer que c’est effectivement le cas. Tout dépend de l’accueil qui sera réservé à ces deux composants d’OpenERP.

Mais alors en quoi un simple CMS ou boutique en ligne devrait être une révolution ?

Première réponse en image :

OpenERP 8 avec E-Commerce et CMS intégré

… ou comment réduire les coûts d’une solution e-commerce.

La version 8 d’OpenERP est prévue pour le 2ème trimestre 2014. Cette version incorporera plusieurs nouveautés majeures, mais deux d’entre elles méritent de s’y attarder un peu :

  • un e-commerce : la possibilité de créer une boutique en ligne directement sur OpenERP
  • un CMS (Content Management System): la possibilité de créer un site web directement depuis OpenERP

Ces deux fonctionnalités, sont considérées comme une « révolution  » par l’éditeur. Le mot semble un peu exagéré mais nous ne sommes pas loin de considérer que c’est effectivement le cas. Tout dépend de l’accueil qui sera réservé à ces deux composants d’OpenERP.

Mais alors en quoi un simple CMS ou boutique en ligne devrait être une révolution ?

Première réponse en image :

OpenERP V8

Créer un CMS est quelque chose de totalement banal aujourd’hui. Après avoir créé son propre moteur de blog pour apprendre la programmation web, un développeur web motivé est souvent tenté de créer son propre CMS. Il en existe aujourd’hui des centaines pour tous les usages, les trois plus connus étant WordPress, Joomla et Drupal. La tendance naturelle est de partir d’un simple moteur de blog, comme WordPress, et de le transformer ensuite en CMS. Ensuite, grâce à l’ajout de plug-ins, il est possible d’offrir des fonctionnalités e-commerce.

Créer un moteur de boutique en ligne est déjà un exercice un peu plus difficile : cela implique non seulement la connaissance du web, mais surtout celle du e-commerce et donc du commerce en général. On se rapproche un peu de l’ERP mais on y est pas encore. De nombreux moteurs de boutiques en ligne existent aujourd’hui, les deux plus connus étant Magento et Prestashop. Les rumeurs veulent que Magento soit en perte de vitesse depuis le rachat par eBay : la solution serait trop lourde, trop chère à mettre en place et n’évoluerait plus aussi vite qu’avant. Prestashop a été également en perte de vitesse lors de la sortie de la version 1.5, mais connaît actuellement un regain d’intérêt et reste une solution intéressante et assez peu onéreuse. Avec la demande du marché et l’explosion du e-commerce, la deuxième tendance consiste à partir d’un CMS, comme Drupal, et à le transformer en boutique en ligne (comme Drupal Commerce). À l’inverse, les boutiques en lignes tentent de se rapprocher d’un CMS en offrant la possibilité de créer des pages web, des articles de blog, ou d’autres fonctionnalités de gestion de contenu. Ces boutiques en ligne peuvent ensuite bénéficier des modules d’extension pour se rapprocher des fonctions d’un ERP, mais on touche très vite aux limites d’une telle solution.

Créer un ERP, par contre, n’est plus seulement un exercice, mais une lourde entreprise qui demande une connaissance approfondie en comptabilité, en gestion de stocks, en gestion de projets, en gestion RH, en gestion de tout ce que vous pouvez gérer dans une entreprise, sachant que chacun a généralement sa propre définition du mot « gestion » ! (et un petit clin d’oeil au passage, la fréquence de ce terme est généralement le signe le plus criant de l’immaturité d’un cahier des charges. À bon entendeur).  Ajoutez à cela :

  • la complexité de la pile technologique du web et de sa vitesse d’évolution
  • la nécessité aujourd’hui de pouvoir répondre aux besoins tordus de n’importe quelle entreprise dans le monde avec ses contraintes locales, fiscales, légales ou réglementaires
  • la difficulté de financement d’une telle solution en open-source

… et vous comprendrez pourquoi OpenERP ne peut normalement pas exister.

Le simple fait qu’OpenERP aujourd’hui existe, même sans CMS ni e-commerce, est donc déjà une révolution en soi. Cela peut s’expliquer grâce à l’intersection de plusieurs phénomènes :

  • des qualités humaines, qu’on peut attribuer non seulement à son concepteur initial Fabien Pinckaers, mais aussi à son équipe, à de nombreux membres actifs de la communauté : la polyvalence, l’ambition, l’envie d’innover, une vision sur le futur, mais aussi l’enthousiasme et l’insistance à faire preuve d’une totale ouverture, qui est encore aujourd’hui une qualité totalement contre-nature pour beaucoup d’entrepreneurs : la  licence est libre et le résultat du travail quotidien des développeurs est diponible en temps réel sur internet.
  • des qualités techniques :
    • une très bonne modularité, lui permettant d’être adaptable à n’importe quel besoin.
    • une ergonomie efficace et homogène : la prise en main est rapide
    • une base de données open-source le plus avancé au monde (PostgreSQL)
    • un langage de programmation puissant et très facile à apprendre (Python)
    • une bonne homogénéité malgré la modularité

Pourquoi mélanger les trois solutions ?

Si l’on revient à la question du CMS et du e-commerce, la vraie révolution peut résider dans le fait de fournir une solution de gestion globale, simplifiée, et pouvant faire chuter les coûts d’intégration de manière spectaculaire :

Pour des besoins d’amélioration de gestion de stock, de comptabilité ou de logistique, les boutiques en ligne de type Prestashop ou Magento, nécessitent souvent d’être branchées sur un ERP. Des connecteurs existent sur ce point depuis de nombreuses années, mais quelle que soit la solution, elle se heurte systématiquement au problème de duplication des données, au cauchemar technique de la synchronisation, et au cauchemar organisationnel sur lequel cela peut déboucher. Quelques exemples :

  • les données maitres doivent elles être côté boutique ou côté ERP ?
  • Les utilisateurs sont-ils autorisés à modifier les données des deux côtés ?
  • Qui se souvient dans quel sens les choses sont synchronisées ?
  • Quels sont les champs vraiment impactés ?
  • Peut-on enrichir les données éditorielles des produits côté boutique sans les perdre à la prochaine synchronisation ?
  • L’échange de données doit-il être synchrone ou asynchrone ?
  • Comment concilier la gestion tarifaire de la boutique avec celle de l’ERP ?
  • Serai-je limité pour créer de nouvelles offres commerciales innovantes ?
  • Combien coûte la maintenance de tout ce système ?
  • Puis-je mettre à jour indépendamment la boutique et l’ERP ?

Il y a toujours des réponses à toutes ces questions. Mais y répondre prend du temps et donc coûte très cher.

La bonne idée consiste donc à avoir réalisé d’abord le plus difficile, l’ERP, pour ensuite offrir la possibilité de faire une boutique en ligne et un site web en supprimant la duplication des données. Une fois l’ERP construit, tout est déjà là : les clients, les articles, les tarifs, les remises, les stocks, les factures. Il suffisait juste de créer la partie frontale et exposer ces données sur le web. C’est ce que propose OpenERP 8.

Pour la partie site web, il est possible de faire la mise en forme et l’édition du contenu directement depuis la partie publique, après authentification :

Vidéo 2

Et pour le SEO des solutions efficaces semblent avoir été apportées :

Vidéo 3